• Accueil
  • Blog
  • La Procrastination, c’est pas une malédiction

La Procrastination, c’est pas une malédiction

La Procrastination 
ou l’art de remettre au lendemain

La procrastination est en forte augmentation depuis ces 20 dernières années. Les réseaux sociaux, la difficulté actuelle de se projeter… c’est un véritable fléau qui nous touche tous.

Mais c’est quoi exactement et comment ça marche ?
La procrastination consiste à retarder l’accomplissement d’une tâche ou d’une activité prioritaire en la remplaçant par des tâches secondaires. Et ceci malgré des conséquences négatives potentielles à plus ou moins long terme. Ce qui signifie que le procrastinateur n’est pas un fainéant. Il peut être très actif mais peu, voire contre-productif.

Il peut s’agir d’un blocage passager pour telle ou telle corvée que l’on repousse ponctuellement, jusqu’à la tendance durable à tout remettre à plus tard avec des conséquences importantes. On peut alors parler de pathologie.
Il s’agit d’une stratégie d’évitement (pour diverses raisons) plus ou moins bien rodée, plus ou moins bien ancrée afin de fuir l’anxiété. Le fait de différer une action est un équivalent, qui annule transitoirement le stress qui lui est associé.
Si la procrastination peut être utile (activités liées au plaisir ou stratégie pour remédier à un problème comme l’éparpillement) elle s’associe à un sentiment puissant de culpabilité. Une impression douloureuse d’être en faute. Ce qui alimente le cercle vicieux qui s’agrandi de plus en plus jusqu’à prendre toute la place (inaction -> insatisfaction -> renforcement négatif ->répulsion…)

Quelles en sont les causes ?
Pour comprendre je vous propose de se référer à quelques lois du temps (issues d’études scientifiques) car nous y sommes soumis :

La loi de Laborit ou loi du moindre effort :
Chaque individu a une inclinaison naturelle à faire les choses qui lui font plaisir et fuir le stress, d’où cette tendance à repousser les tâches désagréables : commencer par la tâche pour laquelle on est sûr de procrastiner, c’est souvent le plus difficile.

La loi de Parkinson ou loi de la dilatation du
travail :

Plus on dispose de temps pour faire un travail, plus ce travail prend du temps sans que le résultat soit forcément meilleur : d’où l’importance de se fixer des délais. 

 

 

La loi de Taylor ou la loi de l’ordre des choses :
L’ordre dans lequel nous effectuons une série de tâche influe directement sur le temps qu’elles nous prennent : garder le plus facile pour la fin.

La loi de la fraisse ou loi de la dimension subjective du temps :
Le temps comporte une dimension psychologique, qui est en fonction de l’intérêt que l’on porte à l’activité : c’est pourquoi les corvées semblent interminables et que le temps file à toute vitesse quand on y prend du plaisir. Une raison supplémentaire qui nous pousse vers la procrastination et le plaisir immédiat.1h n’est pas toujours égale à 1h !

La loi de Carlson ou loi des séquences homogènes :
Tout travail interrompu sera moins efficace et rendra plus de temps que s’il avait été effectué en continu : d’où l’intérêt de limité les interruptions / distraction et de privilégier des séquences homogènes.

 

Y a-t-il des solutions ?

Il existe de nombreux outils comme ceux issues de la gestion du temps …
La procrastination fait partie de notre nature, il est difficile de la supprimer définitivement
Il est cependant possible de fortement la réduire en s’interrogeant pour mieux connaitre son propre fonctionnement et en passant à l’action.

1- Des questions à se poser

– Y a-t-il un sujet particulier sur lequel je procrastine particulièrement ?
– Quand je procrastine, qu’est-ce que je fais à la place ? Quels sont mes comportements ?
– Quelles sont les excuses que je me donne ?
– SI je pouvais m’y mettre tout de suite, comme ferais-je pour que ce soit simple ?
– Et une fois fait, comment je me sentirais ?

Quels vont être mes 3 prochains petits pas, action à faire pour avancer sur le sujet de la procrastination ?
Et si je les mettais tout de suite en place !

 

2- Des actions à mettre en place

La répartition stratégique de l’attention en trois techniques qui prennent en compte les lois du temps

– La petite bouchée
Plus la tâche parait grande plus on la repousse, plus on la repousse plus elle devient grande car le temps disponible diminue
Regardez votre tâche et voyez comment vous pouvez la découper en petites bouchées de 15mn maximum à réaliser.
Et si ce n’est pas possible utilisez un minuteur.
Faites une pause et recommencez

Psychologiquement il est beaucoup plus facile de commencer quelque chose si vous savez que vous n’y passerez que très peu de temps.

– 5, 10, 15 minutes
Technique de l’engagement – schémas psychologique
Listez 3 tâches que vous souhaitez effectuer – en haut la plus agréable.
Travaillez 5 minutes sur chaque tache sans pause
Recommencer ensuite mais pendant 10mn
Ensuite passez à 15mn

5mn est un temps très court qui réduit les justifications. L’avantage de cette technique est qu’elle va vous habituer à vous engager à accomplir des tâches. La minuterie vous permettra d’améliorer votre attention mais un conseil : éloignez le téléphone !

– La technique du bien-être
Le propre de la procrastination est de repousser la douleur et de rechercher le plaisir immédiat.
On procrastine donc par exemple en buvant une tasse thé, en mangeant un petit bout de chocolat, en lisant un bon bouquin ou en finissant par regarder sa série préférée.

Une des solutions les plus efficaces contre la procrastination est la visualisation.
Vous pouvez essayer de vous poser et de visualiser quel sera votre état une fois réalisée la chose que vous repoussez. Laissez-vous envahir par le bien-être que cela vous procure, cela va vous donner envie d’y être et vous poussera à faire ce qu’il faut.


Comment pérenniser ?

Construire de nouvelles habitudes, de nouvelles routines pour générer de nouveaux schémas mentaux :
« Nous sommes ce que nous faisons à répétition » Aristote

Pour pérenniser l’action et transformer le cercle vicieux en cercle vertueux il est capital de ne pas oublier les mises à jour et les nettoyages réguliers pour que le programme installé ne soit pas oublié.
En tant que grande « procrastinatrice », j’ai pas mal procrastiné pour écrire cet article 😉

L’écrire m’a permis de réenclencher le mécanisme et de réinstaller certain programme.
Il peut arriver de lâcher un peu, et replonger dans les mauvaises habitudes :

– Ne vous jugez pas
– Soyez bienveillant et tolérants envers vous-même
– Félicitez-vous après chaque succès

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *